jeudi, 13 décembre 2018|

18 visiteurs en ce moment

 

Diagnoform : les filles à la traîne

Est-ce que je suis en bonne condition physique ? Quels sont mes points forts et mes axes de progrès ? Voilà les questions auxquelles 214 élèves de seconde CAP et bac pro ont pu répondre au cours de la matinée du mardi 10 novembre. DiagnoForm se compose d’une série de tests physiques basés sur les 5 grandes qualités suivantes : la force, l’endurance, la vitesse, la coordination & la souplesse. L’animation s’est déroulée au gymnase de Voltaire et a été organisée par les 4 professeurs d’EPS en partenariat avec des membres de la ligue du Centre-Val de Loire d’athlétisme et de la MGEN. La classe de TSPVL a encadré les ateliers au gymnase et 4 élèves de TGA1 ont aidé à saisir les résultats en salle informatique.


En entrant dans le gymnase, on est saisi par le bruit : il y a les consignes des animateurs, les cris des élèves qui encouragent leurs camarades et de la musique très forte qui a été bien choisie pour motiver les jeunes. Plusieurs ateliers sont proposés : le sprint, la course d’endurance, le saut ou encore des pompes … La plupart de ceux que nous avons interrogés ont préféré le sprint. Les consignes sont données par des élèves de terminales SPVL qui ont été formés par les organisateurs.
Certains secondes se sont donné à fond comme Junior qui a fait 70 pompes et d’autres ont moins bien joué le jeu même s’ils nous ont avoué avoir préféré cette animation à une matinée de cours classique. En deuxième partie, les élèves ont répondu à un sondage sur internet sur leurs habitudes de vie qu’on appelle les déterminants de santé. Les questions ont été établies par la MGEN et les réponses vont servir à alimenter une base anonyme qui permet de savoir comment la santé est perçue au quotidien par les élèves. Les données ont été saisies en salles S13 et S15 ce qui a fait pas mal de va et vient dans les couloirs.
Nous avons demandé à Mme Pol, prof d’EPS, des informations supplémentaires concernant l’organisation de cette animation. Elle nous a expliqué que la proposition venait du Comité d’Éducation à la Santé et à la Citoyenneté du lycée et que l’opération a été financée par la Région Centre dans le cadre du dispositif Lycéens, apprentis, bien dans son corps, bien dans sa tête ! Pour les profs, la préparation a commencé à la fin de l’année scolaire dernière. Les partenaires ont appréciés l’aide apportée par les terminales SPVL. Quand ils viendront mener l’opération à Voltaire, ils feront appel, cette fois, aux élèves de 1ères de la même section.
L’interprétation se fait de manière instantanée et graphique : la forme et la surface du graphe donnent immédiatement des indications sur le niveau général de la condition physique : bien équilibré ou avec des lacunes, élevé ou faible.
Les élèves sont tous repartis avec un bilan individuel et les enseignants reçoivent un bilan plus général, anonyme, qu’ils vont devoir analyser pour éventuellement adapter leurs cours ou les propositions de l’Association Sportive. Comme c’est une première expérience, ils manquent encore de recul. Dans l’ensemble, la matinée s’est bien déroulée mais si l’opération devait être reconduite, il faudrait baisser un peu le volume de la musique qui rendait difficile la transmission des consignes.

Seulement 12% des filles et 13% des garçons déclarent avoir une licence sportive et sans surprise, c’est le football qui arrive en tête. Du côté de l’Indice de Masse Corporelle plus de 80% des élèves sont de corpulence normale. Par contre il apparait sur les graphiques de quotient de forme que les filles sont en moins bonne forme physique que les garçons :
55,2 % de filles ont un QDF Inférieur de 25 % à la moyenne contre 39,1 % des garçons