mardi, 15 octobre 2019|

0 visiteurs en ce moment

 

SIDAction !

-  Fatoumata : avec Moussa et Aminata on voudrait vous parler d’un sujet grave.
-  Aminata : Oui, on voudrait vous parler du SIDA.
-  Fatoumata : Ça nous paraît important parce que depuis 2007, le taux de contamination est en hausse de 24% chez les jeunes de 15 à 24 ans. Il faut qu’on soit plus prudents !
-  Aminata : Moussa, tu peux nous en dire un peu plus sur cette maladie ?
-  Moussa : Comme vous le savez, le SIDA est une maladie sexuellement transmissible qui est apparue aux États Unis dans les années 1980. Et très vite, il y a eu de nombreuses victimes. Aujourd’hui, le SIDA est une épidémie qui touche tous les continents.
-  Fatoumata : Et ça se développe comment ?
-  Moussa : Cette maladie n’apparaît pas dès les premiers stades de l’infection. Il faut en effet que la personne soit contaminée par un virus appelé le VIH ou le virus de l’immunodéficience humaine. A partir de ce moment-là, le virus se multiplie mais l’individu n’éprouve pas de symptômes visibles. Pendant une dizaine d’années, on peut ne rien ressentir jusqu’au moment où le virus s’est fortement multiplié. Il entraîne alors le SIDA ou le syndrome de l’Immunodéficience Acquise. C’est un ensemble de symptômes consécutifs à la destruction des cellules du système immunitaire. Il existe aujourd’hui des traitements mais toujours pas de vaccin. Le SIDA s’il n’est pas traité assez tôt peut être mortel.
-  Aminata : Attends, tu es en train de dire qu’on peut être séropositif et contagieux sans le savoir ?
-  Fatoumata : Oui, c’est pour ça qu’il est important de se faire dépister et de se protéger.
-  Aminata : Mais ça se transmet comment ?
-  Moussa : La maladie se transmet par les rapports sexuels non protégés mais pas seulement. Le SIDA peut se transmettre par voie sanguine dans certaines conditions ou encore de la mère à l’enfant pendant la grossesse ou l’allaitement
-  Aminata : Et si j’embrasse un garçon qui est séropositif ?
-  Fatoumata : Tu ne risques rien. Il ne faut pas écouter les rumeurs !!
-  Moussa : Les situations de la vie quotidienne ne transmettent pas le VIH : donner un baiser ou une poignée de main, échanger des vêtements ou aller dans des toilettes publiques c’est sans risque. Rassure-toi !
-  Aminata : D’accord, mais comment on peut éviter de se faire contaminer ?
-  Moussa : Le préservatif est le moyen le plus sûr pour se protéger lors d’un rapport sexuel. En plus ça permet aussi d’éviter les grossesses non désirées et les autres infections sexuellement transmissibles.
-  Fatoumata : Il existe aussi des préservatifs féminins. Ils ont l’avantage de pouvoir être mis en place plusieurs heures avant le rapport sexuel. Ça évite les moments de gène.
-  Aminata : Et le dépistage, c’est important ?
-  Fatoumata Oui mais les jeunes ne se font pas assez dépister. 14% des jeunes interrogés admettent avoir pris au moins une fois le risque d’être contaminé par le VIH/sida. Mais parmi eux, seulement 39% se sont fait dépister. Ce n’est pas sérieux.
-  Fatoumata : Oui, ils mettent en danger à la fois leur propre vie et celles de leurs partenaires.
-  Moussa : C’est vrai. Sida-info-service, rappelle que les traitements antirétroviraux permettent à beaucoup de malades de maîtriser l’infection et de ne pas développer le SIDA. Mais il faut les prendre tous les jours sans exception et plus on se soigne tôt plus s’est efficace.
-  Fatoumata : Le problème c’est qu’en France 27% des cas de Sida sont diagnostiqués tardivement.
-  Moussa : C’est pour ça que c’est important de se faire dépister si on a pris un risque.
-  Aminata : Et ça se passe comment, le dépistage ?
-  Fatoumata : Une simple prise de sang suffit.
-  Moussa : On peut se faire dépister gratuitement et sans rendez-vous à l’Espace de santé d’Orléans. Il se trouve rue Porte-Madeleine près de la rue des Carmes. Il ne faut pas hésiter à en parler à l’infirmière du lycée ou à appeler SIDA info service.
-  Fatoumata : Bon vous aurez compris le message : soyez responsable, protégez-vous et protégez-nous !!