jeudi, 21 mars 2019|

1 visiteurs en ce moment

 

Gloria aux jeux paralympiques de Rio

Gloria Agblemagnon est en CAP Vêtement Flou. en 2015, elle est devenue championne du monde de lancer de marteau Global Games organisés en Equateur et, à seulement 18 ans, elle a participé aux jeux paralympiques d’été à Rio de Janeiro au Brésil. Ils se sont déroulés du 07 au 18 septembre et Gloria a dû faire 11 heures de vol et s’adapter à un décalage horaire de 5 heures. Elle nous raconte son aventure.

  • Ça se passe comment pour les sélections ?
    - Gloria : C’est le Comité International Paralympique (IPC) qui sélectionne. Dans ma catégorie, pour les jeux adaptés, il n’y a pas le lancer de marteau ou de disque, donc j’ai choisi le poids. La dernière compétition pour la qualif, c’était en Turquie. Pour être qualifiée, je devais lancer le poids à 12 mètres. Je n’ai pas réussi et je pensais que je n’irais pas à Rio. Alors, quand mon coach m’a appris que j’étais qualifiée, j’ai sauté partout : c’est pas tout le monde qui va aux JO !! En fait, on ne te prend pas que sur le jet, on étudie aussi ton comportement sur le plateau, ta motivation.
  • A Rio, l’ambiance était comment ?
    - Gloria : Super ! Les Brésiliens sont super agréables. Ils ne se prennent pas la tête. Quand on a un problème, ils sont toujours là. En plus, ils étaient très bien organisés. Quand j’étais en équateur, c’était en altitude donc il y avait un gros changement ça se sentait au niveaux des entraînements. Mais Rio est au niveau de l’océan. C’était juste parfait à part la chaleur.
  • Comment c’était au village sportif ?
    - Gloria : On avait une grande cantine ouverte 24h sur 24 et aussi une salle de fitness ouverte H24. Mais, nous, c’est nos coachs qui nous disent ce qu’on doit faire. On ne peut pas aller manger à 2h du matin ou faire de la musculation quand on veut.
  • Il y a des sportifs qui t’ont impressionnée ?
    - Gloria : Oui, dans la délégation française, moi j’ai pris exemple sur Marie-Amélie Le Fur. (Elle fait du saut en longueur et court le 400m) pour moi, c’est une athlète remarquable et franchement super sympa. On peut compter sur elle.
  • Ça t’a donné envie de pratiquer d’autres disciplines ?
    - Gloria : Je suis arrivée 10ème sur 12 et pour une première participation, c’est bien. Du coup, je compte participer de nouveau en 2020 à Tokyo. Mais, les jeux paralympiques ont été un peu compliqués. Quand les athlètes sont rentrés chez eux, ils se sont dits « Je veux avoir une médaille d’or pour les jeux 2020 et je vais m’entraîner comme un dingue ! ». Du coup, les jeux de 2020 vont être encore plus difficiles. Donc, je ne peux pas faire un autre sport parce que mon corps est adapté pour faire du lancer de poids et si je fais d’autres épreuves, je serais un peu désorientée. Il faut que je reste concentrée sur le poids et que je continue à m’entraîner 10h par semaine.
  • Qu’est-ce que tu retiens de ces jeux ?
    - Gloria : La délégation française du sport paralympique c’est un peu comme notre famille : quand on ne se sent pas bien, eux, ils sont toujours là. C’est un truc à retenir parce que c’est super cool !!

La ville de Saran a également rendu hommage à Gloria.