mardi, 25 février 2020|

0 visiteurs en ce moment

 

Thomas Derais : j’ai testé le service civique

Au cours de l’année 2014-2015, Thomas Deray a effectué une mission de service civique aux lycées Gauguin et Voltaire. L’une de ses missions principales a été de mettre en place « Place aux Jeunes ». Il revient pour nous sur son expérience.

  • Aymeric : Qu’est ce que le service civique ?
  • Thomas : Le service civique, c’est une période qu’on peut faire une seule fois dans sa vie entre 18 et 25 ans. Cela peut être une mission de 6, 9 ou 12 mois selon le contrat qu’on nous propose. La mienne était une mission de 9 mois, qui se déroulait du 1er septembre 2014 au 31 mai 2015. Vous êtes détaché pendant 24 heures par semaine sur une mission spécifique dans laquelle vous êtes dans un service public ou une association et on vous donne des missions en particulier. Moi, j’ai été surtout dans l’association AFEV. Il y a également, non pas un salaire, mais une indemnité de 460 euros qui permet de vivre plus une indemnité de 106 euros sensée couvrir les frais de transport. Si on revient sur un temps de 35 heures, on touche aux alentours de 800 euros.
  • Aymeric : Quelles sont les missions que tu as faites à Gauguin et à Voltaire ?
  • Thomas : Je suis en service civique dans une association qui s’appelle l’AFEV : l’Association de la Fondation Étudiante pour la Ville et dans laquelle on fait des accompagnements individuels avec des étudiants et des jeunes qui peuvent présenter des difficultés de différents types. On agit souvent dans des quartiers populaires. Donc la base de cette mission a consisté à suivre les bénévoles à peu près 12h par semaine et à gérer aussi un peu les activités de l’association sur Orléans avec une de mes collèges également en service civique. J’effectue l’autre moitié de mon service civique sur les lycées Gauguin et Voltaire (6 heures sur Voltaire et 6 heures sur Gauguin) et le but est notamment d’aider les lycéens à mettre en place leur projet dans des domaines artistiques culturels et sportifs.
  • Aymeric : Parle-nous des projets dans lesquels tu t’es le plus investi.
  • Thomas : Le projet dans lequel je me suis le plus investi ça été clairement « Place aux Jeunes ». Il s’agissait d’ouvrir les lycées sur leur territoire dans la cadre du dispositif Ci’T Lycées impulsé par la Région Centre et d’amener les jeunes à participer à un événement que j’ai monté en lien avec le centre social Romain Rolland qui est situé sur la Source. Ça s’est passé le 20 mai au gymnase Cathelineau. Des lycéens mais aussi des jeunes du quartier et même des étudiants ont pu montrer ce qu’ils savent faire en dehors des cours. J’ai également accompagné les CVL dans leurs différentes missions et notamment cette année j’ai aidé à faire en sorte que la FLAC soit commune aux deux lycées.
  • Aymeric : Qu’est-ce qui a été le plus difficile ?
  • Thomas : J’ai eu pas mal d’interlocuteurs qui m’ont plutôt facilité la tâche mais avec Place aux jeunes on avançait dans l’inconnu. Il s’agissait de faire un truc à la fois cohérent qui se passe bien et qui soit bien sécurisé aussi. Il y avait beaucoup de choses à prendre compte et jamais je n’aurais pu le faire tout seul. On était plusieurs animateurs jeunes au comité de pilotage et on a pu se répartir les missions. Mais la difficulté ça a été aussi l’installation sur les lycées dans un premier temps. Il faut prendre ses marques, repérer les interlocuteurs. c’est pour ça que je me suis rapproché assez vite des lycéens engagés dans les CVL et MDL parce qu’ils étaient déjà motivés.
  • Aymeric : Qu’est ce que tu vas faire maintenant que tu as fini ton service civique, est-ce que tu vas continuer tes études ?
  • Thomas : Oui parce que ça m’a servi de transition, de période de pause dans mes études. Après avoir validé une licence en histoire, l’année dernière, j’ai commencé un master que je n’ai pas pu continuer pour différentes raisons. Donc, j’avais besoin de prendre du recul sur les évènements et, le service civique, ça me permettait de voir quelque chose de plus concret que les études. L’année prochaine, je m’installe sur Tours pour commencer un master en enseignement primaire pour devenir professeur des écoles.